Échec à la maternelle?

Mon amie en parle un peu dans ce texte Et on recommence... . Moi, je ne pensais pas y faire allusion moi-même, comme si je voulais me fermer les yeux, que j'étais dans le déni et que la situation était pour se régler d'elle-même dans les prochains mois.
Je n'en ai pas parlé. Pourtant, j'aurais dû, c'est justement une des réalités qui est difficile à vivre quand on a un enfant différent. Une épreuve de plus, un deuil, un échec.
Pourtant, ma Fillette, en vraie championne multiplie les progrès, avance à tous les jours, se développe en travaillant très fort, entourée d'une merveilleuse équipe. Je l'accompagne dans sa réadaptation lors de ses 4 r.v. hebdomadaire avec des spécialistes (ortho, ergo, pysio, éduc. spécialisée) sans compter tout le travil fait en classe et les ateliers du samedi. Tout le monde se réjouit d'un nouveau mot, d'un trait effectué avec plus d'assurance, d'un brossage de dents réussi, un soulier mis du bon côté.
Voyez-vous, ma princesse fréquente une classe d'adaptation scolaire - langage préscolaire dans une école régulière. Elle est dans un petit groupe de 9 enfants, avec une enseignante et une éducatrice spécialisée à temps plein. MAIS, il n'y a pas de bulletin adapté pour cette classe d'adaptation scolaire. Il semblerait que les enfants du préscolaire ne sont pas assez importantS pour avoir eux aussi un outil d'évaluation adapté à notre commission scolaire. Résultat: les enfants sont pour la plupart en échec! Ce n'est juste pas acceptable de mettre ces enfants en situation d'échec alors qu'ils font d'énormes efforts à chaque minute... Pourquoi une classe spéciale si on n'a pas les bons outils reconnus par la CSSMI?
L'enseignante a travaillé très fort pour faire un document très détaillé qui nous donne un portrait plus juste des progrès de nos enfants et je l'en remercie. Je sais qu'elle a déjà essayé d'en parler avec les conseillers pédagogiques, mais sans succès.
Conclusion, je suis triste et fâchée. Ma fille a droit à un enseignement de qualité (qu'elle reçoit!), mais il n'est pas reconnu et comme parent, on reçoit encore un message officiel d'échec. Pas besoin de ça, ni pour elle, ni pour moi. Nous sommes bien conscients de toutes ses difficultés, MAIS AUSSI DE SES FORCES, DE SES PROGRÈS...
Est-ce que je vais trouver (entre deux suivis téléphoniques, un rapport à compléter, du matériel à adapter, etc...)le temps et l'énergie pour faire changer les choses? Pour faire valoir les droits des enfants qui ont des handicaps? Et si je ne le fais pas, qui le fera? Suis-je prête à accepter encore deux bulletins ainsi? Et si en plus elle doit reprendre sa maternelle, la situation se revivra l'année prochaine encore et encore?

Commentaires

  1. Ooohh quelle déception de lire ceci... Je ne savais pas du tout que ça se passait comme ça... Je partage ta frustration, c'est vraiment absurde d'offrir un enseignement adapté mais de ne pas le reconnaître. Encore une autre bataille dont tu te serais bien passé. Je suis de tout coeur avec toi!

    Et en passant, bravo pour ta belle cocotte, elle doit être très fière de ses réussites! L'important pour elle dans le fond, c'est qu'elle se sente valorisée, et je suis convaincue que c'est le cas avec la belle équipe de professionnelles qui l'entourent et surtout - avec toi!

    RépondreSupprimer
  2. Tu as tellement raison...Nous avons vécu la même chose il y a deux semaines lorsque nous avons rencontré l'enseignante d'Arianne. Elle aussi fait de gros efforts, de beaux progrès, mais son bulletin nous démontre le contraire. Que des échecs et à tous les niveaux. Pas une seule case nous permet de l'encourager sur un point qu'elle a réussi, il n'y a que des échecs. Mais, dit-on elle a une belle motivation. On nous a aussi parlé de reprendre son année.
    L'an prochain, Hugo commence aussi la maternelle, comment faire pour que cette petite poule pleine de volonté comprenne qu'elle sera au même niveau que son frère...Comment pourra t'elle garder sa motivation dans tout ça...Pas facile à gérer...

    RépondreSupprimer
  3. Je sais pas quoi vous dire les mamans. Nous on a la chance que fiston soit en classe régulière (il est autiste de haut-niveau) et selon les dires du prof et du directeur Emile sera en première année l'an prochain. On est chanceux dans toute cette histoire de défis - d'enfants différents et de rendez-vous à perte de vue. Lâchez pas - une chance que vos enfants sont bien encadrés.

    RépondreSupprimer
  4. C'est absurde, et encore plus dans une classe d'adaptation!

    Ton billet m'a rappellé une anecdote de mon adolescence (que je viens d'écrire sur mon blogue). Je suis un peu gênée de mon ignorance et de mon arrogance d'alors. J'espère que les ados d'aujourd'hui tombent parfois sur des blogues comme le tien pour leur ouvrir les yeux et l'esprit; j'en aurais eu besoin...

    RépondreSupprimer
  5. @ Lucie: je vais aller te lire, tu m'intrigues...

    @ La gachette: tant mieux pour toi, c'est une bonne nouvelle et même si Dysprapoule ou moi, on vit une situation différente, je sais me réjouir pour les bons coups des autres! Bravo Émile!

    @ Amélie, je ne veux pas te décourager de l'école... Merci aussi pour tes encouragements

    @ Dysprapoule: je réalise que le problème du bulletin reste le même pour des enfants en classe régulière... Effectivement, si les deux sont à l'école en même temps, cela va représenter de nouveaux défis, mais ça pourraît aussi faciliter votre vie familiale! Ouais, on n'a pas fini de s'adapter! As-tu contacté les Isabelle?

    RépondreSupprimer
  6. Je vis quelque chose de semblable. Toutes les compétences qui sont "travaillables dans le concret" sont réussies pour ma fille. Étonnamment, elle a même un 4 dans sa compétence de "communiquer". Ironique, non ?

    Mais dans les compétences qui relèvent des relations humaines, il y a beaucoup de chemin à faire.

    Il y a beaucoup beaucoup de mesures qui peuvent ètre mises en place pour adapter les travaux des élèves qui ont un trouble identifé. Des dizaines. Je n'ai jamais entendu parler par contre d'un bulletin adapté.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis triste de lire qu'encore une fois, les élèves d'adaptation ne semblent pas avoir la même importance que les autres...
    Jai du mal avec le fait que ces enfants, qui auraient "plus besoin" de stimulation, d'encouragements, en reçoivent souvent moins ( je ne parle pas des parents et profs, mais du message des "outils").
    Mon fils, à la polyvalente, le vit aussi, dans un autre genre. Les cours optionnels pour son groupe? Un choix. Entre sport et travaux manuels. Or, pour des jeunes comme lui, c'est très difficile et le sport et les travaux manuels ( donnés par des profs qui n'ont rien à foutre des troubles d'apprentissage en plus).
    Les activités parasco? Une majorité (sinon toutes) sont offertes à partir de 15 ans. Soit l'âge ou les enfants de classes spéciales changent d'école... Mon fils et ses amis se disent qu'on ne veut simplement pas d'eux...
    Remise de prix à la fin d'année? Il y en a pour les élèves de classes spéciales oui. Mais pas dans toutes les matières, comme pour les autres.
    Parfois, je me dis que je devrais trouver le moyen de m'impliquer, de proposer des projets etc. Puis je ne trouve plus le temps ou l'énergie...
    Mais bon bref, pour les bulletins, je ne comprends pas pourquoi ils n'en font pas un mieux adapté. Ça ne prend pas 10 ans de concertation pour en mettre un en place il me semble. Mais c'est vrai que comme ils changent les formules presque à chaque année au régulier, ça semble ben compliqué!
    Bon courage ma belle et bravo à ta puce pour ses efforts. Dans chaque essais, il y a un succès!!!

    RépondreSupprimer
  8. @ Isabelle: Merci pour ton partage... À la CSSMI, il y a des bulletins officiels pour les classes d'adaptation scolaire, en plus des mesures spéciales. Mais dans le cas d'un enfant intégré, il n'y a pas effectivement de bulletin adapté. Pour nos cocottes, ça revient donc au même... :-(

    @ Milou: Merci chère maman d'expérience! L'histoire que tu nous partages est encore plus triste, mais je vais garder en tête ta belle conclusion si positive!!!

    RépondreSupprimer
  9. MÀJ:

    Hier, journée de tempête de neige, j'ai laissé plusieurs messages à des c.p. de la commission scolaire à ce sujet.

    Ce matin, j'ai reçu un retour d'appel de la c.p. responsable des classes de langage qui m'a confirmée qu'il n'y avait effectivement pas de bulletin adapté pour les 3 groupes de préscolaires. Que cela ne faisait pas parti des priorités... Elle m'a donnée les coordonnées de sa supérieure. Je viens de lui laissé un premier message.

    Une autre goutte dans un océan. Une de plus!

    RépondreSupprimer
  10. Et si on contactait un journaliste?
    De nos jours, on dirait que les priorités sont tributaires des front page du journal de Montréal....

    Et non, ce n'est pas plus triste pour mon fils que pour les enfants de maternelle. J'en parlais juste parce que je commence à voir que c'est un peu partout pareil et ça me rapelle certains pro du domaine qui m'avaient dit jadis qu'au Québec, "on est 25 ans en arrière" en ce qui a trait à l'aide aux enfants "spéciaux".

    Ça me démange de m'organiser pour mettre moi aussi ma goutte pour faire changer les choses...

    RépondreSupprimer
  11. C'est vraiment aberrant, cette histoire. Ce n'est pas si compliqué, il me semble, de produire un bulletin « à la mitaine » plutôt qu'informatisé, qui correspondent aux besoins des classes de langage. Je suis certaine, en plus, qu'il doit y avoir des modèles qui existent déjà assez facilement accessibles... Ah, la bureaucratie. Tu me rappelles pourquoi je n'enseigne plus... Bon courage à toi... Mais ne t'inquiète pas du redoublement en maternelle. En théorie, elle n'est même pas obligatoire, alors tu ne peux pas vraiment la « doubler »... Les élèves vont à leur rythme, non ?
    Anik

    RépondreSupprimer
  12. @ Milou: As-tu des "plogues"?

    @ Anik: Oui! D'un côté, je vais faire continuer mes démarches pour faire avancer le dossier du bulletin et d'un autre, je vais "prendre ça cool" au sujet du redoublement. Ça ne vient pas de l'école pour le moment de toute façon. Ma fille aura une année de plus ou besoin pour faire sa scolarisation (née un 4 septembre).

    J'avoue que c'est très décourageant pour les parents, mais aussi pour le personnel enseignant!
    Je me questionne beaucoup. :-I

    RépondreSupprimer
  13. Le titre de ta chronique est Échec à la maternelle? Selon moi, et selon nous tous, ta petite puce est loin d'avoir échoué. C'est incroyable tous les efforts qu'elle fait à la maternelle. C'est de ça qu'il faut se rappeller.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Ça me fait toujours plaisir de vous lire, ne vous gênez pas!
Merci. :-)

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Commencer l'année du bon pied avec des enfants ayant des besoinsparticuliers #outil #gratuit

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette