Avouer...

Avouer... Reconnaître... Admettre... Constater... Réaliser...
Culpabiliser.... Étouffer....


Et un bon matin, prendre le téléphone pour annuler une thérapie parce que c'est trop. Qu'on sent une faille qui veut s'ouvrir et qu'on sait que si ça arrive, on risque de tomber dedans.... Qu'on y est déjà en fait (ou presque) et que pour ne pas s'enliser, on doit refuser et rapidement se réaligner. On essaye de réfléchir, de communiquer ses besoins. Encore faut-il les reconnaître. On demande de l'aide.



On souffre, on se sent coupable, mais on est
incapable d'en faire plus.




Puis, bonne nouvelle. On reçoit un appel du centre de réadaptation de sa Fillette. Ils ont réussi à regrouper les r.v., en offrant trois thérapies en alternance... On se sent pleine de reconnaissance. On a le goût de Pleurer!

On retient que d'avoir demandé de l'aide en avouant nos faiblesses (ou simplement que notre réalité quotidienne est difficile et qu'on y arrive plus) a porté fruit... Qu'il existait une solution toute simple. Enfin!



Commentaires

  1. Excellente nouvelle ça :-)

    Il est difficile d'avouer nos faiblesses, de demander de l'aide, mais souvent, lorsqu'on l'avoue, on peut recevoir de l'aide... alors même si c'est dur, ça vaut la peine.
    Bravo à toi! Bravo d'avoir fait face à tes faiblesses! (et maintenant, tu as une nouvelle force, t'es capable d'avouer que t'es humaine et que tu as des faiblesses)

    RépondreSupprimer
  2. C'est une bonne nouvelle !
    Ça fait tellement de bien des bonnes nouvelles lorsqu'on se sent affaiblit ! Bravo à toi d'avoir été honnête avec toi-même !

    RépondreSupprimer
  3. Des fois, il faut juste prendre le temps de s'arrêter. C'est étourdissant, tous ces rendez-vous...

    RépondreSupprimer
  4. Bravo ! Un baume sur tout le reste !

    RépondreSupprimer
  5. Wow, bravo! Ce n'est pas tout le monde qui ose et qui a la force de savoir reconnaître ses limites et de les accepter!!

    RépondreSupprimer
  6. Ouf! Pas facile, même après avoir avoué pub;iquement...

    Mais je pense qu'ainsi, je suis sur un meilleur chemin, vers les beaux jours, avec un peu plus de temps pour moi, qui suis aussi importante, mais qui passe toujours après.

    Merci!

    RépondreSupprimer
  7. J'ai moi aussi avoué, quelques fois et ç'a donné des résultats également... au moins, ça sensibilise le personnel qui lui, n'a pas à vivre 24 hrs/24 avec l'enfant... Bravo à toi ! Gros câlin ! xx

    RépondreSupprimer
  8. Merci Clo l'écolo! On apprend très jeune à être forte, alors dire non ou annoncer nos limites, c'est pas facile. Merci! J'avais oublié le 24/24...

    RépondreSupprimer
  9. Wow c'est une super nouvelle!

    Avouer nos faiblesses...... oufff que c'est difficile pour moi aussi! Je pense t'en avoir déjà parlé, j'ai une maladie neuromusculaire qui fait que j'ai plusieurs limitations physiques et très jeune, je me suis fait dire d'être forte, persévérante, de faire comme les autres... Encore aujourd'hui, j'ai de la misère à demander de l'aide. Et pourtant, quand je réussis à le faire, c'est tellement un soulagement et les gens sont tellement plus ouverts qu'on pense!...

    Continue comme ça, c'est super de trouver des petites manières de rendre ton quotidien un peu plus facile...

    RépondreSupprimer
  10. Merci Amélie... Ton commentaire me touche droit au coeur en ce samedi soir! L'équilibre entre être forte et avoir besoin des autres est très mince. Difficile de s'y retrouver avec nos mécanisme de défenses et nos besoins réels.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Ça me fait toujours plaisir de vous lire, ne vous gênez pas!
Merci. :-)

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Commencer l'année du bon pied avec des enfants ayant des besoinsparticuliers #outil #gratuit

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette