Suicide


Cette semaine, c'est la semaine nationale de prévention du suicide et à chaque annonce, à chaque partage, je me sens visée, comme si j'avais perdu quelqu'un de très proche moi aussi.

En fait, cela a bien failli arriver, ce mal de vivre, ce besoin d'arrêter de souffrir, ce désir de mettre le bouton à "Off", une très bonne amie à moi l'a vécu. On pourrait même dire qu'elle était tombée très bas.

Pourtant, elle avait étudié, voyagé et connu de nombreuses expériences enrichissantes. Elle vivait avec un bon gars qui l'aime, avait une maison, des chats, deux enfants, des amis, un emploi valorisant, un bon réseau social et même quelques talents.

C'est arrivé sournoisement, sans vraiment comprendre que ce mal-être l'attirait vers le fond, vers des scéanios qui sentent la mort et les fleurs de salon. Sa vie n'était pas facile, mais elle avait toujours été forte malgré les épeuvres et elle continuait de faire face avec entêtement et ses dernières énergies qu'on appelle parfois "la force du désespoir"...

Sans le réaliser, ses besoins de sommeil et de répit étaient en train de se transformer en un plan d'ultime voyage pour arrêter cette grande souffrance. Elle rêvait de plus en plus à un sommeil profond sachant que si elle vidait la pharmacie familiale, elle y arriverait et que tout s'arrêterait.


*****

Qu'est-il arrivé à cette bonne amie?
La suite ici



Commentaires

  1. Comme quoi le soleil revient toujours...
    Merci pour ce beau témoignage!

    RépondreSupprimer
  2. Wow! Tu réalises ta force!!! Tu m'impressionnes ma belle, ton honnêtement, t'es une battante! Je t'admire réellement! Bravo ma belle, merci d'être là, une personne aussi authentique, aussi humaine dans ma vie, ça ne peut faire autrement que de me toucher et de m`'aider à grandir!
    Vraiment, tu peux être fière de la femme que tu es!!!!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai failli mettre fin à mes jours il y a 7 ans et demi déja... J'avais tout planifié... J'ai regardé mon fils dans les yeux et j'ai décidé de rester... J'ai changé complètement de vie mais je n'ai rien guéri... Quelques années plus tard (4 ans), mon monde s'est écroulé, ma vie a basculé... Je suis tombée très bas et le suicide est devenue encore une fois une option. J'ai consulté mais j'ai décidé de m'en sortir seule comme une grande... j'étais forte... Alors cet été, l'option est revenu hantée ma tête, mon corps, mes nuits, mes jours... J'avais mal, j'avais tellement mal... J'ai consulté et j'ai demandé de l'aide car maintenant, j'ai 2 enfants à regarder dans les yeux, un amoureux qui m'adore et une famille et des amies merveilleuses... Je vais bien, je continue à me faire aider et je ne suis plus forte, je suis moi...

    RépondreSupprimer
  4. Bravo Mamanbooh d'en parler, de partager ton vécu et ta force.
    Moi aussi, chaque annonce qui passe sur le suicide, je me sens interpeller... malheureusement le suicide hante encore trop mes pensées. Lundi passé, tout était planifier, j'allais le faire cette fois... au lieu de sauter, je me suis rendue chez ma psy. Biensûr, j'ai fait le bon choix. C'est une bataille constante dans ma tête, mais je vais m'en sortir.
    Merci d'en parler sans tabou, ça fait du bien.
    Bisous
    -xxx-

    RépondreSupprimer
  5. C'est tout à ton honneur d'en parler, de briser ce tabou. Il y a tellement plus de gens qu'on pense qui ont ou ont eu des idées suicidaires. Il faut aller chercher de l'aide. Avoir l'humilité de se dire: "J'ai tout essayé, mais là j'accepte de tendre la main dans ce moment difficile". On se donne ainsi la chance d'avoir du support pour traverser la tempête et de voir à nouveau briller le soleil...

    RépondreSupprimer
  6. Tu sais ce que j'en pense. Tu es une survivante.

    Moi aussi, un jour, je parlerai de santé mentale sur mon blogue. Pas tout de suite. Mais un jour.

    Parce qu'on oublie trop souvent que la dépression est une maladie mortelle. Et rares sont les gens qui sont capables de soutenir un proche en proie à un réel désespoir. Rarissimes.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce beau témoignage. Pas toujours facile de parler d'un sujet aussi délicat et, avons-le, tabou à la fois.

    RépondreSupprimer
  8. Quelle force tu as de nous témoigner ton histoire, si fragile et pleine d'espoir en même temps!

    La dépression, le burn out, le suicine..., ça touche plus de personnes qu'on ne le croit... Et de lire sur le sujet, ça fait vraiment du bien, surtout lorsque c'est positif.

    Merci ma belle Julie!

    RépondreSupprimer
  9. Avoir le courage d'en parler, c'est tellement important! J'ai perdu mon cousin et j'ai bien failli perdre une autre personne très proche de moi. Ce mal de l'être ne devrait tellement pas être tabou, merci d'en parler xx

    RépondreSupprimer
  10. J'ai perdu mon petit frère en 2009 du maudit suicide 35 ans. Enseignant de chimie. Bourse d'étude pour excellent résultats scolaire mais il avait un mal de vivre. Quand il s'est suicidé il allait bien et on ne se doutait de rien. Alors j'ai appris par la suite que les gens qui se suicident vont bien avant de passer à l'acte ils ont un regain d'energie.. comme si ils comprenaient que leurs souffrances seraient bientôt finis. Alors oui mon petit frère me manque et oui..maintenant je surveille bien ma famille,mes amis, mes enfants.. car la vie vaut la peine d'être vécues. Martine

    RépondreSupprimer
  11. D'abord, merci à toi de partager ton expérience personnelle. C'est là une preuve que le suicide n'est ni une option, ni une solution.

    Pour toutes celles et tous ceux qui ont envisagé le suicide pour se libérer des souffrances: c'est un leurre de l'esprit, d'un esprit qui est malade et qui a besoin de soin.

    C'est souvent quand on a songé à passer à l'acte ou que c'est resté au stade de "tentative" qu'on réalise tout ce qu'on aurait perdu, tous ces petits riens qui font du bien que nous n'aurions plus jamais vécu.

    Et merde, pourquoi est-ce qu'on se sent si seul dans ces moments, pourquoi est-ce si difficile d'aller chercher de l'aide? On est 6 milliards sur la terre, y'a sûrement quelqu'un quelque part qui pourra nous aider!

    Soyons vigileants, envers ceux et celles qui semblent souffrir et envers nous-mêmes quand la souffrance a l'air insurmontable. Ça peut devenir une question de vie ou de mort.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai la chair de poule juste a vous lire...La depression tout le monde connait ca au moins une fois dans sa vie...Meme si on ne se l'avoue pas...Il ya deux ans apres mon AVC, j'ai touche le fond moi aussi et je pense que sans mon entourrage je ne m'en serais jamais sortie. realiser que les autres vous aime comme vous etes, ca n'a pas de prix. je pleure encore certains soirs en imaginant mes enfants sans moi...Booh que c'est dur de continuer a ecrire...je pense que je vais aller manger un petit truc et me mettre le visage au soleil !

    merci d'etre la pour moi, tu es une vraie richesse !

    Je t'aime gros comme un elephant !

    XXX

    karo

    RépondreSupprimer
  13. Quel beau billet et quel beau partage que tu nous fais...je suis toujours profondément touché et heureuse lorsque je lis un tel témoignage mais en même temps cela me fait terrible mal car pour mon ex, le père de mon fils qui lui est parti quand je lis le bonheur que tous avez d'être en vie cela me dit que lui aussi surement il serait heureux d'être parmis nous aussi.............

    RépondreSupprimer
  14. C'est fort ce billet-là. Je n'ai rien à ajouter. J'ai lu. Merci, chère Mamanbooh!

    RépondreSupprimer
  15. That is very [url=http://www.pascherlongchampsac.eu]sac longchamp[/url] fascinating, You're a very skilled blogger. sac longchamp pas cher prix [url=http://www.pascherlongchampsac.eu]sac longchamp roseau pas cher[/url] ,I have joined your rss feed and stay up for seeking more of your wonderful post. Additionally, I have shared your website in my social networks!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Ça me fait toujours plaisir de vous lire, ne vous gênez pas!
Merci. :-)

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette

TDAH: 5 objets indispensables!