J'ai craqué...




Vous savez, j'ai plusieurs chapeaux et parfois, ils s'empilent sur ma tête, j'oublie de les changer, je me trompe de rôle, etc... Je suis aussi une personne sensible (trop), qui sent les autres (je ne parle pas de mon nez!), qui est très influencée par les émotions qui l'entourent. Comme une éponge, j'absorbe les peines, les frustrations et la colère.

Comme un livre ouvert, je suis perméable, ça rentre, ça sort. Les belles choses et les moins belles. Faire semblant, c'est très difficile pour moi. Je ne veux pas choquer ou faire de la peine, mais si je suis triste, probablement que je vais pleurer. Si je suis en forme, j'aurai de la répartie et je rirai facilement.

Mardi soir dernier, j'ai appris qu'une copinaute blogueuse avait perdu son frère de 17 ans. Il faisait de l'épilepsie et il serait tomber de quelques marches, sur la tête. Après 24 heures aux soins intensifs, il est décédé suite à un traumatisme crânien.

(...)

Mercredi matin, j'étais en classe avec mes grands et nous faisions une tempête d'idées suite au visionnement d'un vidéo, un peu comme dans "donner au suivant". À un certain moment, un élève a fait une blague plate sur l'épilepsie et...

J'ai craqué.

Je me suis mise à pleurer, devant ma vingtaine d'élèves. Je suis venue les yeux plein d'eau, un élève inquiet m'a dit: "Madame Julie, on dirait que vous allez pleurer!?!" Et, j'ai pleuré.

Je leur ai dit que j'étais sensible, que j'avais une émotion trop grande à contenir, mais qu'une fois passée, je resterais debout, à enseigner. Rarement, ils avaient été aussi silencieux et attentifs. Et j'ai fait ma journée.

J'ai continué à parler, en expliquant la triste histoire de Renaud, en faisant un lien avec ma fille qui fait de l'épilepsie depuis ses 9 mois, j'ai raconté ma peine, mes angoisses, puis hop, j'ai séché mes yeux et la journée a continué.

En écrivant, je pleure encore. Il faut croire qu'il en restait encore à sortir... Je pense à ces familles qui fêteront Noël avec un enfant en moins, un frère, une mère, un père, à ceux qui sont dans l'attente ou la tourmente et ma poitrine se serre.

Le temps des fêtes sera plus douloureux pour certains et sachez que j'ai une pensé pour vous. J'aimerais vous envoyer plein de douceur. Je pense que l'Esprit de Noël, c'est aussi ça. Partager nos peines, nos misères et nos douleurs.

Et avant de reprendre tous mes chapeaux, je me permets de vous saluer bien bas! Demain, je reverrai mes élèves et j'ai une petite crainte, pas envers eux ou mes collègues. Et si mes larmes avaient choqué quelques parents?

Après tout, j'ai craqué...


* Notre merveilleuse gardienne le connaissait bien, elle travaillait au Camp Kangourou où il allait l'été. Le monde est petit. Le monde est fragile.

Commentaires

  1. Comme je disais dans mon commentaire chez Ellora, les réjouissances ne sont pas toujours au rendez-vous pendant la période des Fêtes.

    Mais votre histoire m'a particulièrement touchée. Je connais un jeune homme épileptique. Il travaille près de chez moi et vit seul.

    Il prend ses médicaments régulièrement et il va bien médicalement parlant, du moins pour ce que j'en sais. Je me souviens avoir eu la frousse lorsqu'une crise s'était déclenchée alors qu'il était chez ses parents.

    Heureusement, l'ambulance avait été appelée sur-le-champs et il a pu être traité à temps. Je me souvenais des soins (de mémoire) à prodiguer en attendant les techniciens ambulanciers.

    Depuis ce temps et surtout depuis que je travaille avec le public comme chauffeur d'autocar (nolisé, charter), je me suis promis à moi-même de renouveler ma formation pour les premiers soins d'urgence. On ne sait jamais, non ?

    RépondreSupprimer
  2. P.S.: J'aimerais vous transmettre mes sincères condoléances pour ce jeune de 17 ans... :-(

    RépondreSupprimer
  3. ah quelle histoire triste... Noël est une période de réjouissances mais aussi qui comporte de grandes peines, de grandes tragédies. Je trouve ça humain ce qui t'es arrivé avec tes élèves. C'est la vraie vie ça et ça peut leur servir d'enseignement, de réflexion, de sensibilisation.
    Joyeuses fêtes et prend soin de toi,
    Sophie

    RépondreSupprimer
  4. C'est triste, ces histoires.

    Je me souviens avoir assisté à la chute d'un épileptique en plein magasin. La fracture du crâne et le sang au sol... cela me peine. Les gens continuaient leur shopping au Winners sans se soucier de l'homme au sol... bizarre réaction.

    J'ai aussitôt crié et réclamé de l'aide, en plus de demander que quelqu'un communique avec le 911 pour les services d'urgence. Tout a roulé vite, ensuite.

    Lorsque j'étais aide-infirmière, l'été, que d'interventions semblables! Il faut savoir aider les autres.

    Anne

    RépondreSupprimer
  5. Tu n'es pas trop sensible, tu es humaine; qui pourrait être choqué de ça?;-)

    Gros câlin. xx

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que si vous aviez craqué sans explication et aviez planté les élèves là, ce serait autre chose. Mais vous avez accompagné les élèves dans ce qui vous arrivait, vous avez validé et vous vous êtes reprise en mains. Rien à redire, donc, rassurez-vous. Vous n'avez trahi votre devoir d'éducatrice à aucun moment. Au contraire peut-être, car accompagner des pré-ados dans le chemin des émotions, leur démontrer qu'on peut en avoir, les exprimer et les contrôler quand c'est le temps, c'est valable à mon point de vue.

    Ceci dit, un professeur vraiment déprimé devrait se faire soigner et ne pas utiliser sa classe comme lieu de thérapie. Ce que j'ai trouvé le plus violent dans le film Monsieur Lazhar, c'est le fait que l'enseignante de sixième année ait choisi sa classe pour s'y pendre. Ouf! C'est d'une barbarie totale. Quel manque de respect pour les enfants dont elle avait charge. Et en plus, elle le savait qu'elle serait trouvée par le petit bonhomme qui venait livrer les gobelets de lait. Je ne sais pas si cette histoire est basée sur des faits réels. J'espère que non.

    RépondreSupprimer
  7. C'est une belle leçon de vie que tu leur as donnée Julie! Sans que ce soit dans le ''plan de cours'', tu leur as enseigné que les moqueries peuvent réellement blesser. Et enseigner, n'est-ce pas ton devoir ?! ;) Ça va aussi aider à briser certains préjugés et à faire accepter les différences dans notre société! :)

    Pour ce qui est de Renaud, je suis sûre qu'il va veiller sur nous! Une chose est sûre, il a changé, à sa façon, la vie des gens qu'il a côtoyés <3

    RépondreSupprimer
  8. Je pleure en te lisant je pleure énormément ...mon ex conjoint faisait de l'épilepsie aussi et il s'est suicidé :(...........pas juste à cause de cela mais sa faisait parti du pourquoi ...

    Je pleure aussi car justement je viens d'aller porter un panier avec pleins de bouchées sucrées fait maison à ma voisine qui se bat contre le cancer et qui est en pleine chimio et qui ne sera pas capable de fêter Noël car elle est trop fatigué....

    je pleure aussi car je pense à mon père qui est parti depuis 3 ans déjà et qui avait la même maladie que ton père .....

    pour ce qui est de tes élèves je ne serais pas trop inquiète je pense comme femme libre

    Joyeux temps des fêtes .... pleins de beaux moments avec tout ceux que tu aimes....

    RépondreSupprimer
  9. Si j'étais le parent d'un de tes élèves, je ne serais pas du tout embêtée par le fait que tu as «craqué».

    Je serais heureuse de voir que l'enseignante de mon enfant est une humaine qui ressent des émotions et qui est capable de les expliquer aux enfants.

    À l'école, les enfants apprennent les maths, le français, l'anglais, les arts, la musique et un paquet d'autres choses qui leur seront très utile dans la vie. Cependant, ce qu'on oublie souvent c'est qu'il y a des choses qui ne s'apprennent pas dans les livres.

    RépondreSupprimer
  10. T'es vraie! et ça, c'est hot! Tu peux être fière, immensément!, de cela!
    xxxxx

    RépondreSupprimer
  11. Anne-Sophie a tout à fait raison...

    On m'a dit un jour qu'une personne qui sait se relever est plus forte et plus grande que celle qui n'est jamais tombée...tu es une grande femme Julie.

    passe de très Joyeuses fêtes...et merci de ton support et de ta grande humanité. xxx

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Ça me fait toujours plaisir de vous lire, ne vous gênez pas!
Merci. :-)

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Commencer l'année du bon pied avec des enfants ayant des besoinsparticuliers #outil #gratuit

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette