Ton père est mort.



Non, pas le mien.

Le tien.

La première fois que j'ai fait sa connaissance, sa tignasse blanche et son sourire franc m'avaient frappée.  Il nous accompagnait à une manifestation syndicale. Assis avec nous, il chantait et moi, j'étais charmée.

Il était loin du modèle de père que je connaissais.  

Puis, j'ai appris la maladie.  Sa maladie.  Les failles d'un système incapable de lui offrir les services dont il avait besoin, pas assez de ceci, trop de cela. En y repensant, c'était la première fois que naïvement, je réalisais qu'il n'y avait pas de place pour tout le monde dans notre belle société industrialisée, démocratique et évoluée.

J'ai vu ta mère se dévouer, chercher des solutions, l'accompagner à des r.v., prendre soin de lui, s'inquiéter, mettre sa vie sur pause, etc...  Je t'ai vue suivant le même chemin, dévouée, présente et toujours prête à rebondir dans les situations urgentes qui demandaient beaucoup de sang froid.  Quelques fois, nous avons cru sa fin proche.

Depuis  environ 15 ans, je suis une spectatrice qui vous observe, demande des nouvelles, reste parfois sans mot et qui garde toujours en tête la même image d'un beau  monsieur souriant, même si depuis tout ce temps, le visage de la maladie avait pris toute la place.

Dans mes souvenirs, tu as le même sourire.  Nos chemins se sont séparés, mais dans mon coeur, depuis que j'ai appris son décès, je pleure.  J'aimerais te dire plein de choses, t'offrir mes sympathies, te dire qu'en même temps, j'imagine que c'est un certain soulagement, etc... 

Ton père est mort.

 Le mien aussi, même si son coeur bat encore.


Commentaires

  1. Je t'offre mes sympathies... La mort d'un être aimé est toujours incompréhensible. Vaut mieux garder les beaux souvenirs nous reliant a cette personne. Bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      C'est vrai que les beaux souvenirs sont précieux.

      Supprimer
  2. Ma famille et moi t'offrons nos sympathies.
    Mon père ma abandonner j'avais a peine 13 ans , disparu il a laisser un vide terrible et il est peut-être décédé au moment ou ce parle alors je comprend le deuil profond quand on a perdu son père .

    Rien n'est facile a vivre peut importe comment sa arrive et surtout quand un coeur bât encore.

    Bon courage bise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes bons mots, courage à toi aussi!

      Supprimer
  3. C'était un an avant le décès de mon père, quand celui de mon amie était décédé, je l'avais presque enviée.
    Après tout, je sais ce que c'est d'avoir un père mort et vivant en même temps. C'était une expérience enrichissante, mais fort douloureuse à la fois.

    Bon courage,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu sais. C'est rassurant...
      Merci.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Ça me fait toujours plaisir de vous lire, ne vous gênez pas!
Merci. :-)

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Commencer l'année du bon pied avec des enfants ayant des besoinsparticuliers #outil #gratuit

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette