Silencieuse

Je suis silencieuse. Ce n'est pas mon genre pourtant.

Je ne vais pas très bien, même si je veux que ça aille bien, de toutes mes forces, de toutes mes cellules, dans toutes mes pensées, etc.

Il a des choses sur lesquelles je n'ai pas de prise ni de pouvoir, mais qui m'affectent beaucoup. Trop.

Silencieuse espoir Julie Philiippon @mamanbooh
"La vie nous réserve plusieurs surprises, parfois ça prend du silence pour panser nos plaies." Julie Philippon


Dimanche dernier, j'écrivais sur Facebook:

"Dans le passé, j'ai vécu mon lot d'épreuves: voir mon premier amoureux partir après 8 ans de relation avec ma meilleure amie, avoir peur de voir sa fille mourir pendant 10 trop longues journées, plusieurs hospitalisation de mes enfants, les diagnostics qui s'additionnent d'année en année pour eux, accompagner mon père pendant deux ans dans sa maladie, pas mal toute seule au quotidien, tout lui enlever, le voir mourir un peu plus à chaque jour, fermer chacun de ses comptes, nettoyer, vendre et vider sa maison, etc. 

Mais, après plus 14 mois de démarches pour sa succession, je réalise qu'avec toutes les problèmes et les irrégularités qui surviennent, ce que je vis actuellement est encore plus douloureux que tout ce que j'ai pu traverser. 

Je ne veux pas faire pitié ni jouer à la victime, mais authentique comme je suis, si on me demande comment je vais, ça risque de sortir tout croche. Je suis frustrée, écœurée et j'ai vraiment besoin que cela se calme parce que ça affecte toutes les sphères de ma vie, pis en attendant, je vais prendre une pause."

Hier, je me suis permise une petite mise à jour pour rassurer mes amis qui s'inquiétaient:

"J'aimerais ça écrire quelque chose après mon silence des derniers jours. Mais il y a trop de choses qui ne se partagent pas et d'autres qui ne sont pas vraiment intéressantes. 

Alors, je vais en profiter pour souhaiter bonne nuit à Guylaine Guay, qui est en plein tourbillon médiatique et qui sort son premier livre demain (t'es HOT!) à Karine Champagne et sa fameuse phrase "D'la marde!" qui tourne en boucle dans ma tête depuis une semaine, à Caroline Theoret qui se retrouve à jouer un rôle important dans ma vie présentement (la pauvre) et à toutes les autres personnes qui m'entourent, qui m'inspirent ou qui me supportent, de près ou de loin, merci gang! 

C'est précieux, je le sais, je le sens et je l'apprécie. xxx"

Aujourd'hui, j'ai frappé fort sur un sac de sable pour faire sortir ma colère, j'ai crié, donné des coups de poing, des coups de pied et suée à grosse gouttes.

J'essaye de revenir à l'essentiel. De toute façon, je n'ai pas vraiment le choix, c'est ça ou rien. Comme le rien n'est pas une option, je focalise sur le reste.

Et vous, que faites-vous quand ça ne va pas?


:: Suivez-moi sur TwitterFacebook et Instagram!

Commentaires

  1. Lâche pas. Gros câlins. Je suis certaine que toutes tes amies virtuelles t'envoient une méga tonne de pensées positives, d'énergie, de courage. C'est long parfois. Il faut être patiente (et comment avoir de la patience quand le sac à patience est vide...) mais comme tu le dis toi-même, pas le choix... Laisses toi le droit d'être tannée, découragée, écoeurée. Mais laisse toi aussi le droit de penser que du bien s'en vient... Tu as des beaux projets, des beaux enfants et plein d'amies virtuelles qui aimeraient partager ta peine et la rendre moins lourde....

    RépondreSupprimer
  2. Je compatis avec toi. Moi aussi mon amoureux des 17 dernières années vient de me laisser (il y a une semaine) pour des raisons que je ne mentionnerai pas ici. Peu importe la raison, ça fait aussi mal de se faire laisser. Le sentiment d'impuissance et la peine prennent leur temps et ne décollent pas et les émotions font de la montagne russe. Les enfants sont tristes et anxieux de devoir déménager puisqu'on ne peut se permettre de garder notre maison (la seule qu'ils connaissent) - et ces tristesses là font très mal aussi.
    Bon courage à toi. Toutes mes pensées vont vers toi et tes 2 petits amours

    RépondreSupprimer
  3. J'en arrache énormément depuis plus de trois ans et je puise la force d'avancer dans l'amour que je porte à ma fille. Dans la responsabilité que je ressens envers elle. Sans cela je ne serais plus là. J'aurais craqué. Je ne peux l'abandonner à son sort. Je m'accroche à mes valeurs intérieures. Je cache mes tourments en mes silences. Pour ne pas déranger. L'extravertie que je suis s'introvertit. J'essaie d'accepter les leçons de vie que m'apprend l'intense épreuve que je traverse. Je me force à regarder le positif que le négatif veut avaler et je m'y accroche. Comme une bouée dans la tourmente. Et surtout je travaille à ne pas perdre la foi en l'Univers.

    RépondreSupprimer
  4. Mon Dieu, Etolane et Anonyme ont toutes les deux écrits ce qui m'arrive présentement:

    Mon amoureux des 17 dernières années vient de me laisser

    Je puise la force d'avancer dans l'amour que je porte (moi c'est mon fils) à ma fille. Dans la responsabilité que je ressens envers elle (lui). Sans celà je ne serais plus là. J'aurais craqué

    Courage à toutes! xox
    Monica

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Ça me fait toujours plaisir de vous lire, ne vous gênez pas!
Merci. :-)

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Commencer l'année du bon pied avec des enfants ayant des besoinsparticuliers #outil #gratuit

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette