J’ai raté mon suicide

Certains ratent leur vie, d’autres une recette, moi, j’ai raté mon suicide. Je sais, ça sonne un peu bizarre, mais c’est quand même la réalité et je te dirais* que c’est une maudite bonne affaire parce qu’habituellement, je suis plutôt performante, tu vois ce que je veux dire?

J’ai raté mon suicide Julie Philippon
Une phrase à dire et se redire; "tu es importante toi aussi!" - crédit photo Julie Philippon

Je ne suis pas allée assez loin


Tu sais, depuis quelques années, je m’implique bénévolement pour la prévention du suicide. Ça a débuté avec une vidéo réalisée pour l’AQPS où j’ai partagé mon histoire, les yeux pleins d’eau, devant la caméra.

Script.</h1></div

Depuis, j’ai été approchée quelques fois pour témoigner à nouveau. Une fois, j’ai accepté d’échanger avec une recherchiste qui travaillait à un futur documentaire sur le sujet.



Après quelques questions, j’ai compris que mon histoire ne serait pas retenue, elle n’était pas assez spectaculaire, je n’avais pas le visage défiguré, de séquelles permanentes ou d’anecdote bien sanglante.



Le suicide en héritage


Il y a quelques années, après plusieurs mois d’urgence, de mauvaises nouvelles, de désespoir et de fatigue, j’ai commencé à rêver en douce d’un « trou noir pour moi toute seule » pour m’y rouler en boule et mettre la « switch à off ». Tu comprends?

Un jour, j’ai réalisé que ce désir d’arrêter de souffrir que ce « rien » signifiait peut-être partir, comme dans mourir. Le garage de mon père. Les viaducs en béton de l’autoroute. Le contenu de ma pharmacie.
Un matin, je suis sortie du brouillard alors qu’à la télé, un porte-parole parlait de la douleur de ceux qui restent, qui souffrent, qui ne comprennent pas, qui ont honte et qui doivent vivre avec cet héritage toxique.

J’ai eu peur


J’ai eu peur. Peur de moi. Peur de ma détresse. Peur de blesser mes proches, ceux qui m’aimaient et m’entouraient. Que j’aimais aussi! Ô comme je les aimais, si tu savais! Et encore une fois, j’ai senti la peur. Pas juste le rien et le noir pis ma douleur, mais aussi celle des autres.

À ce moment, j’ai su que cette solution permanente, violente et définitive était une réponse à une situation qui elle, ne l’était pas. Et je suis allée chercher de l’aide. Je ne suis pas meilleure que les autres, que ceux qui sont partis. Je me sens mal pour eux quand leurs proches me reprochent ma présence alors qu’eux souffrent, endeuillés.


Je ne suis pas plus courageuse. Je le sais. J’ai juste raté mon suicide. Je n’ai pas fermé la porte du garage. Je n’ai pas foncé sur le mur de béton. Je n’ai pas vidé le contenu de la pharmacie. Je me suis simplement présentée à l’urgence et j’ai demandé de l’aide.  Avant. Heureusement. C’est ce que je te souhaite. De la vie, à la tonne!

VA CHERCHER DE L’AIDE!


Même quand c’est difficile, même quand les deuils s’enchaînent, que malgré ta bonne volonté, ça ne va pas, que les soucis s’accumulent, que le boule d’angoisse t’étouffe, que tu ne vois pas le bout, STP, VA CHERCHEZ DE L’AIDE!

J’ai raté mon suicide Julie Philippon


Ça va aller mieux demain ou peut-être la semaine prochaine, ça ne sera pas facile, mais ça vaut la peine de continuer, de te relever, d’essayer. Pis si ça ne va, que tu sens le vide sous tes pieds, que tu perds tes repères, appelle le 911 et hurle ton désespoir, c’est le moment de t’exprimer, de demander de l’aide parce que toi aussi, tu y as droit, que tu le mérites pis qu’on compte sur toi. Tu es important pour nous!

Pis si jamais on te dit que dans le fond, tu as raté ton suicide, que ta détresse n’était pas assez grande, que ton histoire n’est pas assez spectaculaire, envoie-les chier  promener en leur disant un beau grand merci pis en croisant les doigts! Chaque fois que tu croiseras un viaduc de béton pense à moi, je ferai pareil, on ne sera plus jamais seul. OK?

Heureusement, tu es en vie pis je te love.
Jx

* Je sais, d’habitude, je ne te parle pas au « je » pis au « tu », mais cette fois-ci, je trouvais que c’était trop intime comme sujet pour qu’on se vouvoie, j’espère que ça ne te froisse pas? Après tout, ça va faire deux ans dans quelques jours que je te jase par ici, trois fois par semaine, on commence à se connaître, non?


Note: une première version, différente, de ce texte a été publiée sur le défunt blogue Actualités de Sympatico.



Tu peux aussi me suivre sur TwitterFacebook, Instagram

Commentaires

  1. Moi aussi, j'ai raté mon suicide... et plus d'une fois malheureusement... et pire encore, je ne suis toujours pas à l'abri. Le suicide, les pensées suicidaires font malheureusement parti de ma vie. J'ai honte de ça, mais je n'ai pas eu le choix d'apprendre à vivre avec, aller chercher de l'aide chaque fois, m'entourer de bonnes personnes. Ma vie est un éternel combat contre le suicide... mais c'est possible de tout de même bien vivre quand on apprend à l'accepter. Il faut toujours continuer d'avancer à l'intérieur de tout ça, avoir des buts plus grand que nature, avec quelque chose à espérer pour demain, une raison de vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chantal pour ton message généreux, je te souhaite que du beau, du bon et du vrai!

      Supprimer
    2. Je comprends! Je suis pareille. Ma vie est un combat perpetuel contre les idée suicidaires.
      Une depression post-partum qui a degeneré en depression majeur. J'ai une petite fille en or, mais mon cerveau est trop malade pour l'apprécier à 100%. De savoir que je ne suis pas seule me fait un bien énorme.

      Supprimer
  2. J'ai aussi raté le mien. Je n'entendais plus les gens qui tentaient de me dire que j'étais importante. Je ne voyais plus les gestes de support. Aujourd'hui je remercie mes colocataires d'avoir appelé les secours. Je n'aurais jamais rencontré mes deux petits cocos d'amour.
    Merci Julie pour ce témoignage touchant, ta transparence et cette main tendue qui offre support à qui en a besoin. Je penserai à toi chaque fois, chaque fois...
    (Le "je" est le seul pronom possible pour ce sujet, le seul qui réduit la distance entre les êtres)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aussi raté le mien. Nous sommes en août 2000. Ma carrière de journaliste va nulle part. J'en ai marre des hebdos, j'en ai marre de couvrir l'actualité de Ville Mont-Royal, les crises de Ricardo Hrtschan (maire à l'époque), dealer avec l'égo des conseillers municipaux qui se prennent pour des Gandhi ou des Herb Froman, le roi de la saucisse de Chicago. Marre de mal aller, de sentir que je dérange tout le monde, de répondre aux "plaintes" de pauvres connes qui se plaignent qu'un seul article ne soit pas traduit en anglais, marre de ce cul-de-sac de merde, de ce cerveau que je ne comprend pas et qui m'en fait voir de toutes les couleurs, marre de me trouver gagnant seulement dans mes nombreuses vies rêvées. Un midi, je décide de traverser la rue Laurier sans regarder. Il y avait un camion qui s'en venait en direction Est. Je le savais. On verra ce que le destin décidera : me faire frapper ou franchir la distance entre les deux trottoirs sans égratignure. La vie a gagné. Aurait-elle dû ? Le seul soutien que j'ai reçu de mon employeur fut d'aller prendre une bière avec le directeur des hebdos de L'Ouest de l'île "pour jaser". Ensuite, voyant que je mettais tout le monde mal à l'aise, j'ai préféré démissionner. J'y pense chaque jour. J'ai encore des idées noires. Entre cette tentative et aujourd'hui, j'ai accumulé d'autres erreurs, j'ai émis d'autres jugements et les idées noires continuent.

    RépondreSupprimer
  4. Ta vie, plein d'expériences,vaut le coup de la vivre. Ne lâchez pas. Même si tu ne le crois, t'es vraiment important pour tous!

    RépondreSupprimer
  5. Chaque fois que j'ai pensé aller chercher de l'aide ou que j'en ai parlé, on m'a laissé entendre que de penser se suicider n'est pas assez critique pour se rendre à l'urgence.. et d'un autre côté, tu n'es pas toujours pris au sérieux quand tu te rends à l'urgence en disant ça (surtout quand tu as un trouble de la personnalité). Un professionnel m'a aussi répondu que j'avais une personnalité histrionique, c'est à dire que je cherchais l'attention. À partir de quand sait-on qu'on est vraiment rendu à risque de commettre l'irréprochable, je ne le sais plus.. l'aide n'est pas toujours au rendez-vous... Bravo pour ton texte et à toi d'avoir fait le nécessaire pour rester!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Ça me fait toujours plaisir de vous lire, ne vous gênez pas!
Merci. :-)

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Commencer l'année du bon pied avec des enfants ayant des besoinsparticuliers #outil #gratuit

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette