De l'enfant adapté... à l'enfant réalisé, comment trouver l'équilibre? #réflexion

Ce week-end, j'ai vu passer cette image...  Le titre est accrocheur, surtout quand on a des enfants avec des besoins particuliers, qu'on est continuellement en mode adaptation.


Il semblerait que ça vient du blogue, blograinbowdreamer par Marie, ici. On n'y dit pas grand chose, sauf que la source est de Sophie Bouquet-Rabhi, "la fille de Pierre Rabhi, a fondé en 1999 une école qui pratique la "Pédagogie de la bienveillance" au coeur d'un éco-village pédagogique en Ardèche. Un cadre idyllique pour une approche résolument tournée vers l'enfant."

L'enfant adapté

Quand on regarde attentivement cette l'illustration, en isolant la partie de gauche, on peut y lire que l'origine de cet enfant est extérieure, que ça vient de la pensée que "C'est pour son bien", "l'adulte met des obligations, du contrôle et des limites".

Capture d'écran
On fait le tour des idées et on a presque mal au coeur. En même temps, comment y échapper? 



L'enfant réalisé

Sur cette deuxième illustration, on apprend que l'origine du développement est intérieure, "Deviens qui tu es" alors que l'adulte est là pour l'accompagner et nourrir ses besoins.

Capture d'écran
J'aime tout ce que j'y lis, puis mon cerveau s'emballe et mille questions me viennent en tête.

Comment trouver l'équilibre?


Naturellement, j'ai un penchant pour l'image de droite. Elle représente mon idéal, ce que je souhaite pour mes enfants, mes élèves et...pour moi-même.

Par contre, si je prends quelques minutes pour y réfléchir, j'ai bien de la difficulté à voir comment intégrer ça dans la vraie vie. Est-ce que c'est parce que nous ne vivons pas de la bonne façon? Est-ce parce que nous ne correspondons pas à une certaine normalité? Est-ce que c'est parce que je ne suis pas un parent ou un enseignant compétent?

J'imagine (et je le souhaite vraiment) qu'il y a un certain équilibre entre les deux façons d'éduquer, et 'accompagner son enfant, dans la "vraie vie", malgré les contraintes sociales, économiques et culturelles.

Le sujet m'intéresse vraiment, j'aimerais poursuivre ma réflexion. Si vous avez des suggestions ou des commentaires, j'aimerais bien les recevoir.

Parce que je souhaite de tout mon coeur accompagner mes jeunes avec bienveillance et empathie pour participer à leur développement, mais que je me cogne le nez à beaucoup d'obstacles et que parfois, j'en perds le fil, voire la motivation ou simplement l'énergie.

Nous n'avons pas un parcours linéaire, mais nous ne sommes pas les seuls, 

alors maintenant, qu'est-ce que je peux faire?






Commentaires

  1. Beaux principes, mais l'aspect "apprendre à vivre ensemble" essentiel à l'équilibre d'une société semble avoir été éludé de la sphère "enfant réalisé" et je trouve ça inquiétant. Si on ne veut pas vivre dans un monde où l'individuel prime sur le collectif, il faut cultiver l'esprit communautaire, avec ce que ça implique de respect, d'empathie et d'ouverture, dès la petite enfance. Je trouve parfois qu'on se dirige beaucoup vers le "tout seul ensemble" et ça me désole... Ceci dit, ton texte suscite une réflexion intéressante, merci! Et n'oublie pas Julie, tu es une mère, une prof, une femme adéquate, ok? ;) xxx

    RépondreSupprimer
  2. J'adore Karine Ttudel! Je suis en train de lire "Setting limits with your strong willed child de Robert I. MacKenzie qui m'a beaucoup aidé avec le côté pratico-pratique de la chose. Moi, je crois que l'humain ne se réalise qu'à travers sa capacité de s'adapter. Et comme dirait l'autre la modération a bien meilleur goût ��

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Ça me fait toujours plaisir de vous lire, ne vous gênez pas!
Merci. :-)

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Commencer l'année du bon pied avec des enfants ayant des besoinsparticuliers #outil #gratuit

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette