10 conditions gagnantes pour éviter l’épuisement parental

10 conditions gagnantes pour éviter l’épuisement parental
Comment prévenir l’épuisement parental ?

Voici des conditions gagnantes qui peuvent faire une différence dans un parcours de parent, particulièrement lorsqu’il a un ou des enfants ayant des besoinsparticuliers, elles sont inspirées de mes douze dernières années comme maman, mais aussi comme proche aidante.

10 conditions gagnantes pour éviter l’épuisement 

  1. Savoir que mon enfant reçoit une aide adéquate dans les structures existantes
  2. Apprendre davantage comment aider mon enfant, ex. participer activement aux programmes, aux rencontres, mettre en place les trucs, etc.
  3. Pouvoir parler avec l’autre parent (ou conjoint) de mes sentiments et préoccupations personnels et travailler sur ma relation avec ce dernier
  4. Essayer de maintenir la stabilité de ma famille, sans oublier les autres membres
  5. Développer ma personnalité, mes intérêts, mes passions
  6. Me convaincre qu’il existe des choses gratifiantes pour moi, les nommer
  7. Partager des activités avec mes enfants, passer de beaux moments avec eux
  8. Croire que mon enfant fera des progrès, avoir la foi (en Dieu, ou toute autre forme de spiritualité), avoir confiance, etc.
  9. Préserver mon énergie pour éviter l’épuisement en prenant des pauses, du répit, moins d’engagements, etc.

Et le meilleur moyen de prévenir l’épuisement est de pouvoir disposer de structures suffisamment spécialisées, au sein desquelles, les parents peuvent jouer un rôle actif.


J'ai participé à ce documentaire, comme proche aidante, à la demande de Chloé Sainte-Marie, on m'y voit avec mon papa, je crois que comme parent d'enfants à besoins particuliers, nous avons souvent les mêmes défis.

Demandez de l’aide


Il faut demander de l'aide au CLSC, à votre médecin de famille, à votre pédiatre, aux spécialistes, aux centres de réadaptation, aux cliniques externes de certains hôpitaux, aux organismes, aux différentes associations et communautés virtuelles (comme les pages et groupes Facebook) et surtout, ne pas rester seul(e).


Vous pouvez aussi demander du soutien financier à certaines fondations, à écouter, ici

Parce que même avec toutes ces conditions gagnantes mentionnées plus haut, nous ne sommes jamais à l'abri d'un épuisement.
Croyez-moi, je sais de quoi je parle. Et quand ça nous arrive, qu'un matin, nous ne sommes plus capables de fonctionner, c'est terrible. Heureusement, on peut aussi inverser la vapeur avec...l'aide!


Et vous, arrivez-vous à rassembler les conditions gagnantes pour éviter l'épuisement parental? Quels sont vos trucs pour y arriver? Vos défis?


Ressources : 
La première version de ce billet a été publiée sur mon défunt blogue commun, Dyspraxie & Cie en octobre 2010, comme quoi le sujet m’intéresse depuis vraiment longtemps , pour la lire cliquez ici 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

TDAH: 20 signes qui ne trompent pas chez l'adulte!

Commencer l'année du bon pied avec des enfants ayant des besoinsparticuliers #outil #gratuit

Et où elles vont, les mamans, quand elles ont de la peine? #devinette